topper topper
This site uses JavaScript! For best viewing use a fourth generation browser with JavaScript enabled. The left menu is JavaScript...If it does not work with your browser, please press Refresh/Reload or use the site map at the bottom of each page.

This site uses Flash 5!
If you do not have Flash you may download
Flash 5 here.

 
topper

Ière Partie

C'est par une nuit sombre et orageuse…

.que ma cliente pénétra pour la première fois dans mon bureau. Ouais, elle était mignonne, mais ce ne fut pas ce qui me frappa à son sujet. La Dame qui m'avait dit au téléphone s'appeler Frannie Olsen, avait le regard d'une personne frappée par une tragédie personnelle. Quelle qu'en soit la cause, je savais qu'avec elle je n'aurais pas à poser beaucoup de questions pour la faire parler.

""Frannie, veuillez vous asseoir. Un café?" offrai-je avec un léger sourire. "Non, merci.", répondit-elle tristement, "j'aimerais en venir directement au but, si vous n'y voyez pas d'inconvénient." "Ok." répondis-je. Elle commença alors à me raconter son histoire, qui démarra une des enquêtes les plus exceptionnelles que j'ai jamais faites. .

"Depuis des années," commença-t-elle, "je vais à la messe, je prie, et j'essaye de mener une vie honnête. Mes parents m'ont élevée dans la Foi en Dieu. Je finis par rencontrer un jeune homme, et nous tombâmes amoureux. Nous savions tous deux que c'était l'Amour avec un grand A.'Vous voyez ce que je veux dire : que cet amour était pour toujours. Nous nous marriâmes, et nous eûmes un enfant. Les choses allaient très bien pour nous. Mon mari progressait dans son travail et tout semblait signifier que Dieu nous avait bénis. Une belle maison, une voiture neuve et un camion,… en fait nous avions la vie belle.'"

Elle prit une profonde respiration avant de poursuivre. "Soudain, le mois dernier, peu après l'ouverture, un homme entra dans le magasin que mon mari tenait. Il sortit un pistolet et le tua d'une balle dans la tête. Il partit après avoir vidé la caisse-enregistreuse. L'ordinateur de la société indiqua qu'il n'y avait que 117 dollars et de la menue monnaie dans le tiroir..." La voix de Frannie dérailla et elle commença à pleurer .

Life has many foggy, stormy nights.

Je lui proposai une boîte de mouchoirs en papier. Ca ne paye pas d'être trop émotif à l'égard d'un prospect. J'avais lu un article à ce sujet, bien sûr. Les policiers n'ont pas annoncé la moindre piste, en dépit de la cassette de vidéo-surveillance de l'incident

Je lui proposai une boîte de mouchoirs en papier. Ca ne paye pas d'être trop émotif à l'égard d'un prospect. J'avais lu un article à ce sujet, bien sûr. Les policiers n'ont pas annoncé la moindre piste, en dépit de la cassette de vidéo-surveillance de l'incident

Le visage de Frannie prit une expression intense, et elle dit: "Je veux que vous me disiez s'il y a un bon Dieu."

"Pardon?" m'écriai-je. Après des années d'exercice, un détective n'est pas censé être surpris par un prospect. J'étais presque embarrassé par ma propre réaction, mais je pense l'avoir bien récupérée. J'avais au moins évité de couvrir mon bureau de café...

"Je veux que vous prouviez d'une manière ou d'une autre si Dieu existe." Résuma la jeune femme, et continuant: "Ensuite je veux que vous me rapportiez tout ce que aurez appris."

Je me redressai dans mon fauteuil, et agitai mon bras en l'air. "Madame, je crois que vous vous êtes trompé d'adresse. La plaque à ma porte, les pages jaunes, ma licence et ma carte professionnelles disent toutes que je suis un détective privé. Je suis désolé de la perte que vous endurez mais je crois que vous avez plutôt besoin de parler à votre prêtre habituel, ministre ou tout autre accompagnateur spirituel." Je commençais à me demander si ma prochaine annonce devrait mentionner les mots "première consultation gratuite", mais sa voix douce me tira de mes pensées.

"Mais je suis sérieuse." Dit-elle d'un ton monotone. Le ton et le regard de Frannie confirmaient cela avant même qu'elle ne sorte un chèque de son porte-monnaie et le pose sur mon bureau. Je jetai un œil; c'était pour ma première semaine plus les frais, ce dont nous avions parlé au téléphone avant qu'elle ne vienne. "J'ai déjà parlé à mon prêtre. Ca n'a servi à rien. Mon fils m'a demandé l'autre jour , "Maman, comment Dieu a-t-il pu laisser cela arriver à Papa?" Je ne sus que lui répondre et je souhaite vraiment savoir quoi répondre. Acceptez-vous le travail ou devrai-je en chercher un autre?"

Ca faisait longtemps que je n'avais pas mis les pieds dans une église, quelle qu'elle fut. Et la dernière fois que j'avais ouvert une Bible, c'éatit une Bible de Gidéon dans un motel. Mais ses paroles résonnaient dans ma tête comme des mots d'un verset du Nouveau Testament que j'aurais lus. Je m'ôtai cette pensée de l'esprit et me concentrai sur la requête de ma nouvelle cliente.

. "Ok, Madame. Je vois que vous êtes sérieuse, mais comment croyez-vous que je devrais m'y prendre pour vous prouver l'existence de Dieu? Beaucoup d'érudits ont débattu de la question à travers les siècles, vous savez."

Elle sourit un peu. "Apportez moi la preuve, la manière dont vous vous y prendrez m'est égale. C'est vous le détective, et vous avez la réputation d'être objectif. Allez et trouvez la vérité, c'est tout ce que je demande." Ca ne m'avançait pas à grand chose mais je lui rendis un large sourire; et c'est ainsi que tout commença. Elle se leva, nous nous serrâmes la main et Frannie disparut alors même que son parfum flottait dans l'air...

Lightning storms.  They can destroy, but they also cleanse.

Comme la porte se refermait, un coup de tonnerre me rappela la tempête qui se déroulait au dehors. Je regardai à travers les persiennes et réfléchis avec ironie aux tempêtes dans la vie des gens qui les amenaient à se tourner vers Dieu ou à se détourner de Lui. Comme les éclairs zébraient le ciel, le contraste entre la lumière et la nuit dans ma vie traversa mon esprit. C'était presque comique; un détective cynique se voyait demander de répondre à la plus vieille question de tous les temps: "Dieu existe-t-il?" Sans le regard de Frannie, j'aurais laissé passer ce travail sans hésitation.

La quête de preuves commence...

"Comment un détective devrait-il s'y prendre pour aborder ce problème?" me demandai-je. Je décidai rapidement de traiter cela comme n'importe quel autre travail. Le recul est important dans toute investigation honnête. Je m'étais habitué depuis des années à chercher l'information de tous côtés, essayant d'avoir un point de vue objectif du dossier. Une personne a besoin d'un plan large des choses aussi bien que d'entrer dans le détail afin de trouver la vérité.

A good detective searches for the truth with an open mind.  Seek the TRUTH!

Comme je rentrai de mon bureau, une variété de pensées se bousculaient dans ma tête. Chaque jour, des millions de gens en privé ou en public offrent leurs prières à Dieu. Des millions d'autres doutent, ou bien font preuve de cynisme, ou encore sont partagés sur la notion de Créateur. Une part croissante ne croit tout simplement plus en aucun pouvoir tout puissant invisible. Pour eux, voir c'est croire, et par conséquent ce qui est invisible ne peut pas exister.

Je me souvins vaguement de choses que j'avais apprises en philosophie au lycée. Mais je savais que Frannie attendait autre chose, quelque chose dans lequel elle pourrait mordre. Son fils lui avait posé une question qui remontait au moins à l'époque de Job, le juste de l'Ancien Testament qui a eu tant de mésaventures. J'essayai de tout effacer de ma mémoire : Frannie, Dieu, son fils, les sentiments de millions de gens de chaque côté; et encore je ne mentionne pas mes propres réflexions sur le sujet. Cette nuit là, je tentais de me relaxer comme d'habitude, en calmant ma respiration avant d'aller au lit. J'échouais. Il était tard quand j'arrivai enfin à m'endormir.

Even when the darkness surrounds us, there is a guiding light.

Je ne me rappelle pas combien de fois j'ai éteint la sonnerie du réveil le matin suivant. Les pistes concernant la question "Dieu existe-t-il?" continuaient à se retourner dans ma tête. Mes pensées réclamaient un retour à mon enfance, quand il est facile de croire en Dieu. Ou du moins plus simple. A l'approche de l'âge adulte, les chocs de la vie et les déceptions peuvent vous mordre comme un chien enragé. L'hypocrisie et la vie scandaleuse des croyants et du Clergé. Les scandales, petits et grands. Les gens qui vont à la messe pour être vus par d'autres, ou seulement pour discuter avec des amis plus que pour rendre grâce à leur Créateur. L'injustice de la réussite des gens égoïstes ou méchants, tandis que les honnêtes travailleurs restent sur le bas côté, trompés ou pire. Oui, il était facile de voir pourquoi les gens perdaient la Foi. Le miracle c'est de voir tous ceux qui luttent pour vivre selon leur croyance en dépit de toutes les méchancetés et du non-sens que la vie peut apporter...

J'allumai mon PC et introduisis une encyclopédie sur CD-ROM. Je parcourus quelques articles pour et contre. Je tapai des notes sur mon clavier; principalement des questions avec des branches renvoyant à des idées ou solutions dans l'air du temps.
Does God Exist?
La fatigue me rendit irritable et le breuvage noir que je versais dans ma tasse ne semblait pas m'aider. Je pris un annuaire téléphonique, entourai quelques noms sur les pages écornées. Je commençai alors le rituel de la composition de numéros à la chaîne, ce qui s'approchait du tacatac d'une arme automatique.

Je passai beaucoup de temps ce matin-là au téléphone, cherchant à prendre des rendez-vous avec des hommes et des femmes dont les noms étaient suivis de lettres indiquant leur champ de connaissance. Je me pris fréquemment à me ronger les ongles comme je ne l'avais pas fait depuis des années...

Avant de sortir, je programmai mon PC pour une recherche sur le web. J'aime l'internet; une des choses incontournables qu'un détective moderne se devait d'apprendre à utiliser. Le temps que je revienne et le puissant microprocesseur ainsi que le modem haut débit auraient préparé des tas d'informations prêtes à l'emploi. Je savais que ça me servirait.

Je pourrais vous ennuyer avec les détails sur la façon de me rendre présentable pour me rendre aux rendez-vous avec les spécialistes auxquels j'avais parlé; ou en m'étendant sur le flux de circulation, leur look, leur voix et toutes les images symboliques que cela me rappelait. Mais la vérité est que ma mentalité de "venons en au fait" veut vous éviter tout ça; rappelez-vous de m'envoyer une carte de remerciement pour cette faveur.

We often lock doors within ourselves, and lock ourselves away from others.

Je dirai simplement qu'après 4 jours d'entretiens, de paroles et de prises de notes, ainsi que de toutes les myriades de détails de la vie qui passait, je n'avais pas vu Dieu. Personne me connaissant n'en aurait été surpris.

Je passai les quelques jours suivants à préparer mon rapport pour Frannie. Je contrôlai deux fois son numéro de téléphone avant de le composer lentement pour lui dire de venir quand elle décrocherait et me demandant pensivement comment elle réagirait. Je savais que j'étais prêt pour conclure l'affaire.

Comme j'attendais ma cliente, je repensais à mon père qui avait été tué au Vietnam. Je l'avais à peine connu mais maman m'avait dit que c'était un brave homme. Avant cette affaire, le souvenir de mes parents m'avait enseigné à relativiser tout ce que disaient les gens. Maman buvait beaucoup trop, et bien qu'elle parlât favorablement de Dieu, l'impression qu'elle m'avait donnée en tant qu'adulte ne collait pas à la gentille et belle image qu'un enfant a d'une sainte personne. Dès lors que ma mère était désacralisée à mes yeux, mon père aussi par conséquent. Oh, je sais, nous avons tous des défauts. Je n'étais pas en position de juger qui que ce fût, vu ma vie. Pourtant, il demeure cette idée ancienne que les Chrétiens devraient se comporter différemment, mieux (on ne sait trop comment) que les autres . J'essayai de mettre ces considérations de côté, cherchant à me centrer sur Frannie et le rendez-vous à venir. Je n'y parvins pas.

Le Pentagone avait envoyé quelques uns d'entre-nous, comme recrues, dans divers pays durant mes deux périodes de mobilisation. Au Panama, je vis comment les gens perdaient un œil, un membre, un poumon, ou même leur vie à l'occasion de ce que les médias appelaient étrangement 'combats sporadiques.' J'ai eu de la chance en 91. L'affectation que j'ai reçue ne me plaçait pas dans un de ces nuages de gaz empoisonné qui causa à tant de camarades les horribles souffrances du "Syndrome de la Guerre duGolfe." Je me souviens m'être dit que les enfants nés avec des malformations après cette prétendue guerre propre ne méritaient pas de souffrir. N'est-ce pas ?

The proverbial smoking gun!

Ensuite, il y eut la Somalie, un enfer sur Terre que je souhaiterais pouvoir oublier. La famine là-bas n'était pas due à un manque de nourriture mais était le plus souvent le résultat de quelques seigneurs de guerre, marchands d'armes et politiciens qui voulaient tellement leurs empires que le nombre de morts ne comptait pas, jusqu'à ce qu'ils obtiennent ce qu'ils voulaient. Un copain à moi mourut là-bas. Mon pote avait distribué de la nourriture, donnant ses propres rations de sucreries aux gosses avec lesquels il avait joué durant ses heures de repos, et il en avait conduit beaucoup chez le médecin pour être soignés.

Mais la présence de mon ami était considérée comme une menace pour un seigneur de la guerre, qui s'arrangea pour qu'il fût pris dans une embuscade. Ainsi la vie de mon ami se termina comme dans une parade à l'issue d'une chasse au grizzli où on traîna son corps ensanglanté à travers les rues, les hommes du seigneur de guerre célébrant la mort de cet Américain comme si c'était le jour de leur indépendance. Vous avez probablement vu ça à la télé, en regardant les infos du soir. Mais il n'était pas nécessaire que ces images de Mogadiscio fassent le tour du monde pour me les rappeler. Le magnétoscope de mon esprit répétait les scènes d'enfants qui n'avaient que la peau sur les os, la noblesse de la mission qui contrastait avec la réalité de cette guerre sauvage et évitable. Il n'y eut pas besoin d'une autre mission pour me dissuader de me réengager.

Ensuite, il y eut ces deux années comme policier, et ces dernières années comme détective privé à louer qui ne peignirent pas un tableau de chaleur et d'amour fraternel pour moi non plus. Qui me blâmerait si je niais aussi l'existence d'une prétendue divinité qui est censée être pleine de bonté, après toutes ces horreurs de meurtres, de violences et d'abus?
Combien de fois quelqu'un doit-il enquêter sur des violences domestiques pour se demander pourquoi les gens se marient? Combien de fois un privé prendra-t-il de photos de quelqu'un trompant son partenaire, de gens se défilant devant leurs responsabilités familiales ou leurs obligations, ou poursuivant un hispano américain qui a sauté par-dessus la barrière pour éviter la prison, pour voir que le monde semble irrémédiablement pécheur? Je pensais aux mêmes histoires que vous avez entendues à propos de ministres et de prêtres qui avaient été pris à faire des choses très mal; qu'est-ce que cela donne à penser de la question de Dieu?
Je me demandais comment je pourrais exprimer mes pensées, comment je pourrais facilement faire passer le message sur ce que j'avais appris dans mes recherches? Comment pourriez-vous dire à une jeune femme dont le fils veut savoir pourquoi, pourquoi Dieu laisse se produire de mauvaises choses à un brave homme qui avait été un bon mari et un bon père? Je ne me sentis pas à la hauteur de la tâche. Je méditais que "peut-être je devrais prier pour cela…"

traduction-Jean-Baptiste Garnier [mailto:jeanbaptistegarnier@free.fr] and Christophe Barbanneau [e-mail chrisbarbanneau@aol.com]

Click here to finish the story!


bottom

| | | | | | | | | | SITE MAP | | | | | | | | | | TOP OF PAGE | | | | | | | | | |

  ABCs of Faith Material Copyright © A.D. 2001. ABCs of Faith. All Rights Reserved.
Web Site design and custom graphics by Bootstrap Web Design.
This material may not be published, broadcast, rewritten or redistributed for profit without consent.
Material may be used for personal or non-profit use, provided the following credit and policies are adhered to, as described on this link.